Recette du jour

SOUPE CREVETTES

Ingrédients

– Crevettes fraiches
– Carotte- Pommes de terre
– Navet
– Tomates fraiches
– Nébéday
– Oignon
– Sel iodé

Valeur nutritionnelle

– Glucides
– Vitamines et minéraux

Les normes de
l’alimentation complémentaire

9 – 12 mois

Préparation

  • Cuire les crevettes avec de l’eau dans une marmite.
  • Ajouter les légumes découpés en petites tranches;
  • Tremper le nébéday dans de l’eau chaude pendant 5 mn, égoutter-le avant de l’ajouter dans la marmite.
  • Mettre un peu de sel iodé et laisser cuire pendant 10 à 20 mn avant de servir.

Le plus de la recette

Elle est très riche en micronutriments (fer, iode, vitamines A et C).

Notre conseil

Servir avec un peu de citron pour relever le goût. Vous pouvez remplacer les crevettes par du poisson. Ne pas rajouter des épices dans cette recette.


Que donner ?

Bouillies enrichies, purées de légumes cuits mous enrichis, des tranches fines de fruits mûrs, etc.

Fréquence

4 fois par jour
Soit 3 repas plus un goûter.

Texture

Semi-solide à solide avec une texture assez épaisse.

Quantité

1/2 tasse de 250ml 2 à 3 fois par jour.
Ses repas doivent être riches en énergie. A cet âge le bébé peut commencer à manger tout seul.


Une bonne alimentation complémentaire répond aux règles suivantes

Pratiquer l’allaitement maternel exclusif de la naissance jusqu’à l’âge de six mois, et introduire les aliments complémentaires dès l’âge de six mois (180 jours) tout en continuant l’allaitement au sein jusqu’à l’âge de 2 ans ou plus.

Augmenter progressivement la consistance et la variété des aliments de complément au fur et à mesure que l’enfant grandit. A partir de six mois les enfants doivent manger des aliments en purée, des bouillies ou des aliments semi-solides.
Commencer à l’âge de six mois avec de petites quantités d’aliments et augmenter la quantité au fur et à mesure que l’enfant grandit, tout en maintenant un allaitement maternel fréquent.
Augmenter le nombre de prises d’aliments complémentaires, au fur et à mesure que l’enfant grandit. Le nombre approprié de repas dépend de la densité énergétique des aliments locaux et des quantités habituelles consommées par repas.